Café de spécialité : Décryptage des étiquettes

Dernière mise à jour : 6 mai

Aujourd’hui, on s’attaque aux étiquettes !


Quelles sont les informations importantes à lire sur le paquet lors de l'achat de ton café ?

café de spécialité - étiquettes

"Trop cool, mon café vient de la ferme de Pablo et il pousse à 1500m d’altitude" what else ?


En rentrant dans le monde du café de spécialité, je me suis retrouvée perdue avec toutes ces indications.

Alors pour mieux comprendre, je te fais un bref décryptage :


Pays d’origine et région :

Selon son pays et sa région d’origine, le café peut avoir des caractéristiques complètement différentes.

Comme le vin, le café est très lié à son terroir. Les conditions climatiques et la nature du sol jouent des rôles prépondérants dans le résultat en tasse.

On parle de “pure origine” lorsque notre café provient d'un seul et même terroir géographique, le plus souvent même d’une seule plantation.


L’exploitation :

Le nom de la ferme ce n’est pas juste pour faire joli 😉

C’est toujours en rapport avec le terroir, les méthodes de culture et la traçabilité.

Dans le café de spécialité, il s’agit la plupart du temps d'exploitations à taille humaine et familiale.


L’altitude :

Pourquoi préciser l’altitude de la plantation ?

Premièrement notre arabica a besoin d’air frais …

Avec une altitude élevée, le café gagne en complexité aromatique et en acidité. Tandis qu’une altitude plus basse permettra d’obtenir des cafés moins acides et au profils aromatiques plus simples, au goûts francs.


La variété :

Mundo Novo, Castillo, Caturra, Bourbon, Pacamara, Catuai, SL34, Catimor, Geisha …

SOS !!!

Dans l’arabica, espèce cultivée pour le café de spécialité, il existe donc une multitude de variétés.

L’une des plus anciennes, Typica, originaire d'Ethiopie, est à l’origine de nombreuses variétés actuelles par hybridations ou mutations, naturelles ou aidées par la main de l’homme.


Le traitement :

Réalisée dans le pays producteur, c’est une étape clé dans la vie du café. Il s’agit d’extraire le grain de café présent dans la cerise pour obtenir des grains de café vert séchés.

On parle de traitement par voie sèche ou naturelle, voie humide ou lavée, honey process et même de semi lavée.

Ce sont donc les différentes méthodes utilisées pour laver, trier, dépulper, fermenter les grains de café juste avant leur expédition.

Chaque méthode fait varier le profil aromatique du café, je te prépare donc un article pour les découvrir plus en détail.


Profil de torréfaction :

Suivant le café vert sélectionné et l’objectif en tasse, la torréfaction sera plus ou moins poussée.

On entend les termes de “light roast”, “robe de moine” ou bien torréfaction à l’italienne …

C’est donc le degré de torréfaction choisi par l’artisan torréfacteur et qui influence énormément les qualités organoleptiques du café.


Les notes de dégustation :

Suivant son origine et sa torréfaction, le café va développer des notes de dégustation.

Il n’y a rien d'artificiel dans cette affaire !

Ce sont les saveurs ressenties lors des différents cuppings qui sont reportées sur le paquet.

Chacun a son propre ressenti et sa sensibilité, si tu souhaites t'exercer on a créé une fiche de dégustation à télécharger, lien ici.


Maintenant tu y vois plus clair et comprends mieux l’importance de ces informations : Rendez-vous sur le e-shop pour chopper ton café en toute connaissance de cause.

Bonne dégustation !

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout